Bulletins de l'Ilec

Plats préparés solidaires

le 26/03/2019

Quand un petit industriel, Somapro1, s’associe avec deux poids lourds du commerce (Metro et Pro à Pro) pour donner des repas aux Restos du cœur, ça inclut mais dépasse le geste commercial. Prix Essec 2019 « Projets collaboratifs industrie-commerce ». Entretien avec Aurore Schmitt, responsable marketing, Somapro

Pour chaque boîte Somapro achetée, un repas est reversé aux Restos du cœur. Quelle est chez vous la proportion de références concernées ?

Aurore Schmitt : Nous fabriquons pour Metro l’intégralité de sa gamme de préparations culinaires déshydratées salées et sucrées vendues sous marque Metro Chef (MDD Metro) soit 40 références (fonds, jus, sauces, bouillons, préparations pour desserts…). Nous fabriquons pour Pro à Pro, grossiste qui livre les cuisiniers de la restauration scolaire et d’entreprise, une gamme de préparations culinaires déshydratées salées et sucrées composée de 93 références (fonds, jus, sauces, bouillons, potages, préparations pour desserts), vendues sous la marque Dédicaces culinaires, marque qui nous appartient mais dont Pro à Pro a l’exclusivité. Ces 133 références étaient concernées par l’opération « 1 boîte achetée = 1 repas offert aux Restos du cœur », ce qui représente une part importante du portefeuille de Somapro.

Quel est le coût unitaire de ce repas ? Dans quelles proportions les trois partenaires le financent-ils ?

A. S. : Les Restos du cœur valorisent le repas à 1 €. Les dons sont partagés de manière équivalente : 0,50 € reversé par Somapro, 0,50 € reversé par le distributeur, Metro ou Pro à Pro. 284 934 repas ont été offerts.

Les restaurateurs ont-ils été eux-mêmes sensibilisés à l’opération ?

A. S. : Les clients de Metro bénéficiaient de la possibilité d’être solidaires sans hausse de prix de vente. L’information leur était communiquée par de l’affichage en entrepôt (habillage rayons, box, kakemonos…) et par les équipes de Metro (chefs de rayon, hôtesses de caisse) qui s’appropriaient l’opération. Les clients de Pro à Pro étaient, eux, sensibilisés par des commerciaux et des télévendeuses.

Y a-t-il eu, entre Metro et vous, des freins que vous avez pu redouter un moment, avant le lancement effectif du projet ?

A. S. : Aucun. Entre l’idée et le lancement officiel des opérations, tout a été très vite. Metro comme Pro à Pro partageaient nos valeurs et avaient envie que ce projet voie le jour, quitte à chambouler le planning prévisionnel.

Cette première opération de produit-partage en service alimentaire pourrait-elle être dupliquée avec d’autres enseignes ?

A. S. : D’autres clients nous ont fait part de leur intérêt. À nous de trouver les bonnes mécaniques pour nous adapter aux contraintes et activités de chacun.

Souhaiteriez-vous associer des partenaires industriels à votre opération ?

A. S. : Pourquoi pas ! Elle n’est que le début d’une belle histoire. Nous avons pour objectif de ne pas nous arrêter là, et de mobiliser le maximum de monde possible autour d’autres projets solidaires.

Votre initiative a-t-elle amélioré globalement vos relations commerciales avec Metro ?

A. S. : Partager des valeurs comme celles-ci donne une autre dimension aux échanges commerciaux. Nos relations avec Metro et Pro à Pro se sont intensifiées et des souvenirs partagés resteront gravés dans nos mémoires.

1. http://www.somapro.fr

Propos recueillis par J. W.-A

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser l'utiliser, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.