Éditoriaux

Le juste prix de la RSE

14/01/2021

Parce que les entreprises de marques ont compris depuis longtemps que pérennité rime avec responsabilité, et parce que la RSE est aujourd’hui une des incarnations les plus emblématiques d’une innovation depuis toujours indissociable de leur identité, ce numéro fait la part belle aux initiatives sociales et environnementales. Ce n’est qu’un début.

En 2021, les initiatives RSE, entraînant des surcoûts pour nos entreprises dans l’approvisionnement ou les processus de fabrication, constituent le premier contributeur aux hausses de tarif présentées aux enseignes de distribution, avec presque 30 % du total.

Elles visent aussi bien à réduire l’impact environnemental qu’à améliorer la qualité des produits, à favoriser l’ancrage territorial, à revaloriser les revenus agricoles ou à aider à la structuration de filières.

Dans le périmètre des adhérents de l’Ilec, elles concernent huit entreprises sur dix et pèsent près de deux cent cinquante millions d’euros, sans compter la part encore plus importante de ces investissements financée par des gains de productivité ou des réductions de marge.

Aujourd’hui, la présentation de ces initiatives dans le cadre des négociations annuelles et la nécessité de les financer partiellement par le tarif se heurtent, chez toutes les enseignes de distribution, à une fin de non-recevoir. Les discussions relatives à une revalorisation partielle des revenus agricoles dans quelques catégories de produits constituent la seule exception notable.

Sans la maîtrise de leur tarif, comment les entreprises de marques peuvent-elles continuer à innover et à assurer le rôle majeur qu’elles entendent jouer et qui est légitimement attendu d’elles, dans la mise en œuvre des transitions environnementales, alimentaires, sociétales ?

La croissance des marchés est faible ou nulle, les gains de productivité ont des limites, les investissements médias des grandes marques ont déjà fondu, des plans de licenciement même massifs n’y suffiraient pas et ne peuvent pas constituer une réponse acceptable.

Il est urgent que la RSE s’installe au cœur des négociations commerciales et figure en bonne place dans les objectifs des acheteurs des enseignes.

Richard Panquiault

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à l'utiliser, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.