Actualités

Affichage environnemental : 2024 année charnière

09/01/2024

Visant à favoriser l’écoconception des produits tout en orientant les consommateurs vers une consommation plus durable, l’affichage environnemental alimentaire devrait être mis au point à la fin du premier trimestre, afin de connaître un début de mise en œuvre au cours du deuxième trimestre pour la plupart des produits à l’exception des produits de la mer, qui suivront ultérieurement.

Il reposera sur le volontariat en 2024, et devrait devenir obligatoire en 2025. Ces échéances doivent être confirmées.

Résultant de la loi « Climat et Résilience », le projet de dispositif¹ est piloté par Bercy avec plusieurs ministères (Agriculture, Santé, Transition écologique) et l’Ademe, qui l’a déjà expérimenté sur 550 produits. Parallèlement destiné au textile, il se penchera ultérieurement sur la cosmétique.

Le point essentiel est qu’il ne devrait pas recourir à la notation « A, B, C, D, E » colorimétrique, devenue familière avec le Nutri-Score, mais privilégier un « coût » environnemental en valeur absolue. Il faciliterait ainsi les comparaisons à l’intérieur d’une catégorie de produits, mais aussi entre des catégories diverses – une moyenne de référence par catégorie pourrait cependant être instaurée.

Ce chiffre sera calculé pour l’essentiel sur la base d’une approche ACV (analyse du cycle de vie), excluant le bien-être animal de son périmètre. Reposant sur les données d’Agribalyse, il pourra être complété par d’autres critères de l’écosystème comme la présence de haies, de prairies permanentes, de diversité de cultures... Il reflètera les diverses empreintes environnementales du produit, de l’agriculture au transport, en passant par l’emballage, au moyen de seize indicateurs.

Cet outil, qui sera destiné à toutes les entreprises, quelle que soit leur taille, peut déjà être testé sur Agribalyse. Parmi les questions restant en suspens : le visuel sera-t-il neutre ou – bien que la colorimétrie « Nutri-Score » ait été écartée – coloré ? Pourra-t-il coexister avec d’autres visuels exprimant des initiatives privées ? Devra-t-il figurer sur l’emballage ou être seulement accessible sur Internet ou par une application mobile ? Réponses attendues au printemps.

1. Les adhérents de l’Ilec se sont vu présenter le 8 décembre dernier certains éléments déjà actés de ce dispositif, d’autres étant encore dans l’attente d’arbitrages.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à l'utiliser, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.