Actualités

Prospective

Le prix bas, valeur du vieux monde

le 22/02/2018

L’offre la mieux-disante a-t-elle ses chances en magasin ? Maintes initiatives et innovations plaident pour le oui, mais leur exemple est contrarié par le cadre des relations commerciales.

À l’occasion de la publication de son cahier Next Practice « Le vrai coût des prix bas », réalisée en partenariat avec l’Ilec et Fleury Michon, l’agence Utopies-Mescoursespourlaplanète.com organisait le 22 février une conférence de presse sur le sujet, où Richard Panquiault, directeur général de l’Ilec, et David Garbous, directeur du marketing stratégique de Fleury Michon, ont été les grands témoins.

En théorie économique révisée à la lumière du développement durable, le prix devrait envoyer un signal qui  oriente le choix vers le produit dont le coût global est le moins élevé, ayant  le moins d’externalités négatives, le moins de coûts cachés. Mais dans un contexte de dysfonctionnement des marchés précipité par la course aux prix bas, trop souvent l’offre la mieux-disante se trouve disqualifiée, et les signaux sont brouillés. Pourant, des initiatives émergent à tous les stades de la chaîne pour redonner au prix son rôle de signal adressé au consommateur, tout en favorisant la transparence et la responsabilité. Avec un objectif : rendre le prix plus intelligent, plus compréhensible, plus juste pour tous.

Le « Cahier » édité par Mescoursespourlaplanète.com propose un tour d’horizon de quelques initiatives marquantes, qui mettent en relief la responsabilité de l’offre. Lors de la conférence de presse, l’effet négatrif des tensions industrie-commerce sur  la constitution de l’offre a été particulièrement souligné, ainsi que l’espoir qu’ont levé les États généraux de l’alimentaion.

F. E.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser l'utiliser, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.