Raison d’être et mission, 
nouveau regard sur l’entreprise (II) - Numéro 474

Bulletin au format PDF

  • Nota bene

    Nous poursuivons dans ce Bulletin les réflexions, commencées dans la précédente livraison, sur la « raison d’être » de l’entreprise, son « intérêt propre », l’élargissement de son objet social à des « enjeux sociaux ou environnementaux », ou sur sa « mission », dans la perspective de prochaines modifications législatives à cet égard (projet de loi « Pacte »).

  • Étincelle créatrice

    La raison d’être de l’entreprise ne se décide pas par décret. Non plus que sa mission. Elle vient de la vision du fondateur qui se transmet aux successeurs. Sa force réside dans sa plasticité, sa résonance avec l’époque. Et dans le fait de s’incarner.

  • Mission entreprise

    L’entreprise n’est qu’un des acteurs de la société. Ce n’est pas d’aujourd’hui qu’elle se préoccupe de l’intérêt général, mais elle n’a pas à l’assurer seule. Entretien avec Pierre-Yves Gomez, directeur de l’Institut français de gouvernement des entreprises à l’EMLyon Business School

  • Responsable et solidaire

    L’investissement socialement responsable doit prospérer sans marginaliser le financement émergent des projets là où l’État est défaillant. Entretien avec Éva Sadoun, cofondatrice de la plateforme d’investissement participatif Lita.co1

  • Vertu attractive

    La performance passera demain par l’affectation permanente d’une partie des ressources de l’entreprise à une cause de son secteur. Entretien avec Gonzague de Blignières, cofondateur avec Clara Gaymard de la société d’investissement Raise et du « Mouvement pour une économie bienveillante »

  • Un air du temps déjà porteur

    Les entreprises à mission n’ont besoin que d’un cadre optionnel, pas d’un régime de faveur, ni de nouvelles règles comptables : à elles d’assumer leurs engagements. Une révolution serait une révision des règles comptables s’appliquant à toutes les entreprises et mesurant systématiquement les « actifs sociétaux ». Et les « passifs ». Entretien avec Laurence Méhaignerie...


  • De bonnes idées bientôt vitales

    Il faut un statut d’entreprise à mission de droit français, pour que la France garde la main à l’avant-garde du modèle européen. Entretien avec Vincent Prolongeau, directeur général de Continental Foods France