Ralentir ? 
Consommation et temps social - Numéro 470

Bulletin au format PDF

  • Le rythme et le sens

    Le schème de l’accélération à l’infini exprime ce qui nous est le plus difficile à admettre : notre mortalité. Pour en réduire l’angoisse, désynchroniser plutôt que ralentir. Entretien avec Jérôme Lèbre, philosophe1

  • Le bien le plus précieux

    Si les dirigeants apprennent à donner ce qu’ils n’ont pas, à savoir leur temps, ils font un don extraordinaire à leurs équipes, et tous ont le sentiment de participer à un monde commun. Entretien avec Loïck Roche, directeur général de Grenoble École de management, président du Chapitre des écoles de management, vice-président de la Conférence des grandes écoles1

  • Autre sans visage

    La « logique de promptitude » résultant des techno-logies de la communication nous soustrait à une forme de responsabilité interpersonnelle. Entretien avec David Le Breton, professeur de sociologie à l’université de Strasbourg1

  • Certification lenteur

    Production naturelle et esprit de filière, et usage à l’opposé du tout-en-un : les produits de beauté « lents » se sont fait une petite place. Entretien avec Julien Kaibeck, fondateur, de la « Slow Cosmétique »1

  • L’expérience perdue de mangeur

    Mâcher plus et avaler lentement : à défaut de menu en accord avec notre bagage génétique, nous pouvons nous essayer à être dans le bon rythme. Entretien avec Pascal Douek, médecin nutritionniste, médecin du sport, spécialiste de la longévité1

  • Temps de consommation, temps politique

    L’aspiration à lever le pied tient aux clivages sociaux, aux cycles de vie, aux cultures nationales et aux domaines de consommation. Dans le cas du “slow food”, qui concerne les pays à tradition culinaire, le mouvement a son revers. Entretien avec Dominique Desjeux, professeur d’anthropologie sociale et culturelle, université Paris Descartes

  • La légèreté ou le stress

    Le critère décisif d’une vitesse équilibrée est en dernier recours l’équilibre global de l’homme et de son environnement. Entretien avec Joël Figari, philosophe et consultant, académie d’Aix-Marseille1

  • Allegro, andante

    Une étude conduite en 2015 aux Etats-Unis1 évoquait le « slow shopping » comme le moyen de rendre les enseignes plus attractives et vendeuses : les clients qui ont l’occasion de s’asseoir dans leur « parcours » dépenseraient 40 % de plus qu’ils ne le feraient sans l’avoir. Sous bénéfice...